Depuis novembre 2018, le "live streaming" est omniprésent dans la mise en scène des "gilets jaunes". Ce mode de diffusion en direct est autant prisé par les manifestants eux-mêmes, les journalistes de média en ligne (Brut...) que par les forces de l'ordre.

André Bazin en a rêvé, le montage est désormais interdit. Le montage, c’est le "20 heures" de France 2 ou la chaîne info BFM qui résume en 2 minutes chrono les 12 heures de manifestation. Qui monte est coupable de manipulation, mensonge, et se rapproche dangereusement de la « fake news », voire pire, d’un média (les « merdias ») au service d’un Etat autoritaire.

Cette nouvelle guerres des images, ou plutôt de flux d’images, sera gagné par l’effet de réel le plus saisissant. Pas de coupure, que du brut, être au coeur de l’action. A l’intérieur du plan-séquence, figure cinématographique du « live streaming », demeure peut-être une Vérité. 

Ainsi, chaque « Acte » hebdomadaire produit ses séquences de plusieurs minutes, souvent brouillonnes, mais vraies. Utilisées comme armes de communication massive, ces tranches de réel doivent démontrer le plus simplement possible (surtout pas de pensée complexe) que les gentils sont bien gentils et que les méchants sont bien méchants. Si chacun est dans son rôle, le manichéisme (qui est gentil ? qui est méchant ?) est déterminé par celui qui regarde la vidéo. 

Nous aurions pu choisir la vidéo de Jérôme Rodriguez blessé à l’oeil par un tir non identifié ou encore celle de l’interpellation à genoux des lycéens à Mantes-la-Jolie. Mais cette vidéo filmée dans une voiture de police caillassée par certains « gilets jaunes » fait évidemment écho au plan-séquence des « Fils de l’homme ».

Le long-métrage de 2006 imaginait un climat insurrectionnel en Europe en 2027. C’est une dystopie bien sûr. 

Aurelio

 Le contre-champ de la séquence (soit la même scène d'un autre point de vue) : https://www.youtube.com/watch?v=kjWzC-WXWQk

3255033

 

 

Vidéo police : source compte Twitter « Alternative Police » @Alternative_PN (16 février 2019)

Children of Men de Alfonso Cuarón (2006)