13 juillet 2015

Le cinéma de Jörg Buttgereit

Jörg Buttgereit à la télévision : "La société a les films qu'elle mérite."   Par Jean-Paul Lançon AVERTISSEMENT : LE CONTENU DE CET ARTICLE PEUT HEURTER LA SENSIBILITE DE NOMBREUSES PERSONNES   Comment saisir le « cas Buttgereit » ? Auteur de quatre films entre 1987 et 1993, il n’a pas donné signe de vie cinématographique depuis, à part quelques clips et documentaires pour la télévision, ainsi que des pièces radiophoniques. Restent quatre ovnis dans le ciel grisâtre du cinéma allemand contemporain : "Nekromantik"... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 juillet 2015

Larsen # 4 : Couleur café

                                  2 ou 3 choses que je sais d'elle de Jean-Luc Godard (1967) / Chef opérateur : Raoul Coutard Une merveilleuse histoire du temps [The Theory of Everything] (2014) de James Marsh / Chef opérateur : Benoît Delhomme           Aurelio
Posté par Les scopophiles à 20:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 juin 2015

Mex-Parismental 10ème édition (2015)

  MEX-PARISMENTAL 10 ème édition (2015) Par Aurelio Cárdenas   Jeudi 18 juin 2015, 20h30. L’audacieux cinéma parisien “La Clef” programmait la 10ème édition de “Mex-Parismental”, sélection de courts métrages dédiée à la vidéo et au cinéma expérimental mexicain et latino-américain. Soirée singulière s’il en est, car même si même si le cinéma (dit) “expérimental” existe aujourd’hui en dehors d’un cercle d’initiés (on en trouve la trace dans des clips d’artistes mainstreams, des blockbusters US, des films d’auteurs... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 18:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
19 mai 2015

Les élues (David Pablos, 2015)

CANNES 2015 #7 Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2015, entre deux visionnages de films... Ulises, un jeune délinquant, doit recruter des prostituées pour sa famille, qui vit de la traite des femmes. Mais il tombe amoureux de sa première victime, Sofia...A l'instar de "Zvisdan" vu précédemment à Cannes, ce film de David Pablos se range assez sagement dans le style "cinéma d'auteur international", qui n'en finit plus de nous lasser.En général dans ces productions, plus le sujet est fort, et moins il a de choses à dire sur... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 mai 2015

Cemetery of splendor (Apichatpong Weerasethakul, 2015)

CANNES 2015 #6 Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2015, entre deux visionnages de films... Une femme s'occupe de soldats atteints d'une mystérieuse maladie du sommeil dans un hôpital. Après "Vers l'autre rive" de Kiyoshi Kurosawa, encore un film qui met à l'épreuve l'endurance de notre regard de spectateur, habitué à plus de distractions.N'ayant pas vu les précédents films de Weerasethakul, il me sera difficile de comparer celui-ci au reste de son œuvre. Mais je dois avouer être resté plutôt hermétique au film. Ses... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 22:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 mai 2015

Mad Max Fury Road (George Miller, 2015)

CANNES #XXX (OFF) Film vu à 907 km de la Croisette quelques jours après sa présentation Hors compétition au Festival de Cannes.Quand les premiers spectateurs happy few sont sortis de la projection de "Mad Max Fury Road", jeudi dernier vers 10h30, les réactions recueillies sur les réseaux sociaux étaient extatiques voire orgasmiques. Comme il est maintenant coutume après chaque avant-première, les avis postés sur Twitter ont été excessifs, sans demi-mesures, et utlisaient des adjectifs les plus dithyrambiques possibles. Pour "Mad... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 mai 2015

Vers l'autre rive (Kiyoshi Kurosawa, 2015)

CANNES 2015 #5 Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2015, entre deux visionnages de films...   Yusuke, le mari de Mizuki, mort noyé trois ans plus tôt, revient soudainement à la maison. Elle ne semble pas si étonnée de le revoir. Il l'emmène en voyage sur les traces de son parcours pour revenir d'entre les morts. Elle découvre avec lui que de nombreux morts se promènent parmi les vivants. Énième variation sur le thème des fantômes japonais, ce dernier film de Kiyoshi Kurosawa (révélé notamment par "Kaïro" en 2001)... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 mai 2015

Zvizdan (Dalibor Matanic, 2015)

CANNES 2015 #4 Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2015, entre deux visionnages de films... Trois histoires d'amour à deux décennies d'intervalle dans deux villages des Balkans déchirés par la guerre. Trois couples différents incarnés par les mêmes acteurs. Le réalisateur croate Dalibar Matanic, à peu près inconnu ici en France, nous livre avec ce film un triptyque conceptuel sur la survivance de l'amour, à travers les guerres inter-ethniques qui ont ravagé les Balkans dans les années 90. La méthode n'est pas exactement... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 mai 2015

Carol (Todd Haynes, 2015)

CANNES 2015 #3 Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2015, entre deux visionnages de films... Therese, une jeune femme qui travaille dans un grand magasin new-yorkais, rencontre Carol, une femme bourgeoise séduisante qui l'invite à déjeuner... S'ensuit une histoire d'amour entre elles, contrariée par la société américaine des années 50 et par leurs propres tourments. On a connu Todd Haynes beaucoup plus inspiré avec des films comme "Safe" ou "Velvet Goldmine", faisant preuve d'une énergie et d'une inventivité plastique peu... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
17 mai 2015

Les 1001 Nuits Volume 1 : L'inquiet (Miguel Gomes, 2015)

CANNES 2015 #1 Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2015, entre deux visionnages de films... Comment faire un film aujourd'hui dans le Portugal en crise ? Un cinéaste doit-il "s'engager" pour lutter aux côtés des opprimés, ou simplement témoigner ? Peut-il s'enfuir dans le monde des rêves, et ignorer la réalité du pays dans lequel son film se produit ? Miguel Gomes, qui dans le magnifique "Tabou" avait mis en scène un retour nostalgique et mélancolique au cinéma muet, comme paradis perdu, répond ici par une proposition... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,