04 juillet 2015

Larsen # 4 : Couleur café

                                  2 ou 3 choses que je sais d'elle de Jean-Luc Godard (1967) / Chef opérateur : Raoul Coutard Une merveilleuse histoire du temps [The Theory of Everything] (2014) de James Marsh / Chef opérateur : Benoît Delhomme           Aurelio
Posté par Les scopophiles à 20:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 mai 2015

Carol (Todd Haynes, 2015)

CANNES 2015 #3 Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2015, entre deux visionnages de films... Therese, une jeune femme qui travaille dans un grand magasin new-yorkais, rencontre Carol, une femme bourgeoise séduisante qui l'invite à déjeuner... S'ensuit une histoire d'amour entre elles, contrariée par la société américaine des années 50 et par leurs propres tourments. On a connu Todd Haynes beaucoup plus inspiré avec des films comme "Safe" ou "Velvet Goldmine", faisant preuve d'une énergie et d'une inventivité plastique peu... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
10 mai 2015

Larsen # 3 : Ronde de nuit

                                                La maison dans l'ombre [On Dangerous Ground] de Nicholas Ray (1952) / Chef opérateur : George E. Diskant Enquête d'action : Paris: délinquants et rois de la cavale défient la police de Guillaume Dumant (20 mars 2015 sur W9)       Aurelio
Posté par Les scopophiles à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
12 avril 2015

Cutter's Way (Ivan Passer, 1981)

"Cutter's way" est un beau film sur les perdants de l'Amérique à la charnière entre le cinéma des années 70 et 80, entre paranoïa conspirationniste, désillusion et vide existentiel à l'aube de l'ère Reagan. Par Jean-Paul Lançon   Le film suit un trio d'amis à la dérive, en Californie (Santa Barbara). Richard Bone (Jeff Bridges) est un demi-looser, séducteur passable, marin d'eau douce pour touristes friqués. Son meilleur ami Alex Cutter (John Heard), vétéran du Vietnam mutilé, noie son désespoir et sa rancoeur dans l'alcool,... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 avril 2015

Le Catch américain : "World Wrestling Entertainment" ou le cinéma retrouvé

Par Jean-Paul Lançon Après avoir disparu de nos contrées dans les années 60 (et non sans avoir inspiré à Roland Barthes une entrée remarquable de ses "Mythologies"), le catch revient aujourd'hui par la petite fenêtre télévisuelle, grâce à la WWE ("World Wrestling Entertainment"). Littéralement "Divertissement Mondial de Catch", cette entreprise de spectacle sportif détient actuellement un monopole absolu dans son domaine, et développe son empire à tout va (DVD, web, VOD, TV-réalité, merchandising, déclinaisons de programmes...). On a... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 avril 2015

Larsen #2 : fiction, réalité

 Prédictions (à 1'00") :  Tawain TransAsia (vidéo amateur, 2014) : JPL    Prédictions [Knowing] de Alex Proyas (Etats-Unis, 2009)  
Posté par Les scopophiles à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 janvier 2015

Foxcatcher (Bennett Miller, 2014)

CANNES 2014 #5 Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2014, entre deux visionnages de films... Les relations entre Mark Schultz, jeune lutteur doué mais instable, son frère Dave, et un milliardaire auto-proclamé entraîneur, John Du Pont, qui les "achète" pour fonder sa propre équipe nationale de lutteurs. Sorte de film à mi-chemin entre le cinéma indépendant et celui des grands studios, "Foxcatcher" remonte un peu le niveau de la production américaine actuelle. Des stars à contre-emploi (Channing Tatum et Steve Carell,... [Lire la suite]
Posté par Les scopophiles à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
12 janvier 2015

Lost River (Ryan Gosling, 2014)

CANNES 2014 #1 Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2014, entre deux visionnages de films... Le jeune Bones vit avec sa mère Billy (danseuse de night club) et son petit frère dans un quartier pauvre et délabré (Detroit ?). Suite à la crise financière les gens quittent leurs maisons, détruites ou brûlées les unes à la suite des autres. Dans ce monde en ruines tout devient affaire de survie. Ryan Gosling, avec "Lost River", débute sa carrière de cinéaste avec une belle proposition de cinéma : faire un portrait de l'Amérique... [Lire la suite]