03_Arabian Nights_Vol1

CANNES 2015 #1

Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2015, entre deux visionnages de films...

Comment faire un film aujourd'hui dans le Portugal en crise ? Un cinéaste doit-il "s'engager" pour lutter aux côtés des opprimés, ou simplement témoigner ? Peut-il s'enfuir dans le monde des rêves, et ignorer la réalité du pays dans lequel son film se produit ?

Miguel Gomes, qui dans le magnifique "Tabou" avait mis en scène un retour nostalgique et mélancolique au cinéma muet, comme paradis perdu, répond ici par une proposition cinématographique à la fois drôle et torturée. Au dilemme préliminaire quasi-godardien, il répond en essayant de tenir les deux bouts de la chaîne : son film sera en prise avec la réalité sociale et économique du pays, mais aussi une nouvelle adaptation des "1001 nuits". Gomes choisit en effet de résister d'une manière extrêmement élégante. Comme Shéhérazade, il semble dire aux puissants de ce monde qui agressent son pays : laissez-moi vous conter une dernière histoire avant notre mise à mort.

On retiendra de ce premier volet (car il s'agit d'une trilogie) un conte satirique sur les tractations entre les banques, le Portugal et l'Europe, qui nous rappelle le meilleur de la comédie italienne ; et le conte suivant, avec son coq annonciateur des malheurs à venir, qui comporte des réminiscences pasoliniennes : le Portugal c'est un peuple, des paysages, une Histoire, une culture. Une humanité singulière et fragile, qui pourrait disparaître, qui a peut-être déjà disparu, qui peut-être n'existe plus que dans le film de Miguel Gomes. Mais c'est sa manière à lui de la sauver.

JPL

 

arabian_nights_geral_80x60cm

 Les 1001 nuits Volume 1 : L'inquiet [As 1001 Noites] de Miguel Gomes (Portugal, 2015)

Quinzaine des Réalisateurs 2015

Sorties en salles le 24 juin 2015

Crédits : Shellac