TOUCH-3

CANNES 2015 #9

Article rédigé pendant le Festival de Cannes 2015, entre deux visionnages de films...


Un jeune peintre intellectuel, au moyen âge, rencontre une héritière du royaume en fuite.

Encore une somptueuse restauration d'un des plus grands classiques du "Wu Xsia Pian" (film de sabre chinois), financé par son actrice principale Hsu Feng, désormais riche promotrice de l'immobilier (et qui produira plus tard "Adieu ma concubine").

King Hu avait déjà lancé ce genre très populaire avec "Dragon Inn" en 1967, chef d'œuvre auquel Tsai Ming-Liang avait consacré un adieu déchirant avec "Goodbye Dragon Inn" en 2004.
Auréolé de ce premier succès, il obtient carte blanche de son producteur et signe ici un film épique (3h) et esthétiquement très ambitieux, prenant aussi le contre-pied des récits habituels de chevalerie : le héros est un jeune homme couard, vieux garçon en devenir, rabroué par sa mère. Arrive alors dans la maison en ruine en face de chez lui cette jeune femme mystérieuse, comme sortie d'un songe (le sien ?), comme un fantôme. Mais, experte dans le maniement des armes, elle se révèle une riche héritière en fuite, traquée par les conspirateurs du palais.
C'est donc avec une certaine audace que King Hu impose une femme forte et indépendante dans un genre privilégiant la virilité masculine.
Le style est également impressionnant de part ses compositions plastiques à couper le souffle, jamais appuyées, ne ralentissant pas les scènes d'action, lesquelles font preuve d'une légèreté quasi-aérienne : tout un art chorégraphique des combats servi par une science du montage qui semble annihiler la pesanteur.
Tout cela est passé dans l'Histoire du cinéma aujourd'hui, récupéré au passage par Hollywood, mais l'on peut juger que Tsui Hark en est l'un des derniers vrais héritiers, tant du point de vue de la mise en scène que de l'intérêt voire la fascination pour les personnages féminins de premier plan.

Jean-Paul Lançon

 

Touch 2

A Touch of Zen [俠女] de King Hu (Taïwan, 1971)

Cannes Classics, Cannes 2015

Ressortie le 15 juillet 2015

Crédits : Carlotta Films