396213

ARTE KINO FESTIVAL 2016 #3

Film vu en streaming dans le cadre du festival  https://www.artekinofestival.com/

 

Première réalisation de Mirjana Karanović, actrice vue entre autres chez Emir Kusturica dans les années 80-90, "A Good Wife" relate le quotidien de Milena, desperate housewife en Serbie : les couples d’amis un peu trop envahissants, la chorale avec ses copines, la lessive pour toute la famille, le devoir conjugal et j’en passe… Cette vie pépère et bourgeoise est bouleversée par la découverte d’une VHS contenant des images de son mari impliqué dans des crimes de guerre durant la guerre de l'ex-Yougoslavie. 

Il est toujours intéressant d’observer un pays revenir sur son passé peu glorieux et "A Good Wife" mérite le détour pour cette audace. On sent bien que l’ambition de Karanović est de remuer toute l’histoire récente de la Serbie à travers ce portrait intimiste d’une femme ordinaire qui démasque un bourreau derrière le mari idéal. 

Les maisons cossues de Belgrade, aux façades présentables et standardisées, enferment encore dans leurs intérieurs, les traces d’un passé inavouable, si loin et si proche à la fois, dont on a du mal se débarrasser. Ce sont des uniformes et bottes militaires laissés négligemment dans une caisse (ou jetés discrètement à la poubelle) mais aussi des vidéos amateurs tournées en temps de guerre et rangées dans des tiroirs… Quand Milena insère la cassette dans le magnétoscope, l’image impeccable se brouille en une image brute, sans filtre, nous rappelant que la guerre en Yougoslavie était cette autre guerre des années 90 qui s’est déroulée en direct à la TV, après celle du Golfe. Ce genre de scènes d’exécutions nous semblent en fait étrangement familières : n’étaient-elles pas déjà diffusées tous les soirs à la grande messe du 20 heures ?

Le film choisit d’être hyper-centré sur le personnage de Milena, interprétée par la réalisatrice elle-même. Mirjana Karanović est de chaque scène, presque chaque plan, ce qui malheureusement minimise les ambitions politiques du film, réduisant "A Good Wife" en téléfilm dramatique gnangnan assez convenu sur la crise d'un couple (cible du produit : ménagère de moins de 50 ans). La performance d’actrice de Karanović n’est pourtant pas à remettre en cause, poussant son personnage à bout, en veut pour preuve la crudité de certaines scènes. Le scénario comporte par contre plusieurs maladresses en sur-développant des intrigues inutiles, excessivement chargées de symboliques, comme celle de la fille aînée censée représenter l’avenir et l’ouverture de la Serbie (elle veut devenir artiste et serait lesbienne !) ou encore le cancer de Milena, évidente somatisation de tout un peuple. Ah, et formellement ? La mise en scène plaira, sans vraiment plaire, à n’importe quel spectateur de 7 à 77 ans. On conviendra que ce film est parfaitement calibré pour des festivals internationaux. 

Aurelio

 

MV5BODE4OWQ0MGUtNjdlYy00ZGE5LTkwMzYtMmQ2ODViZTJkMTRlXkEyXkFqcGdeQXVyMjM5MTg4MjQ@

A Good Wife [Dobra žena] un film de Mirjana Karanović (Serbie, 2016)

 

Pas de sortie en salles prévue en France pour le moment.

 Lauréat du prix Nespresso du public au Arte Kino Festival